DE· FR· IT|Contact|Home

Conseils sur la gestion de l’argent et de la consommation

Les souhaits et les besoins des enfants en préscolaire ou scolaire, des adolescents et des apprentis sont très différents du fait de leur âge. La situation financière du foyer parental et le fait qu’ils soient élevés par un seul de leurs parents, dans une famille recomposée, que les deux parents travaillent ou non, ont une influence sur la valeur que prend le thème de la «gestion de l’argent» dans la famille. Vous avez certainement déjà réfléchi à la manière dont vous pourriez aborder cette thématique avec votre fils ou votre fille. Voici quelques conseils et informations qui pourraient vous aider.

Apprendre à attendre

A partir de quatre ans, les enfants sont capables de renoncer à quelque chose à court terme, sachant qu’ils recevront plus tard une plus grande récompense. Des études ont démontré qu’être capable de retarder une récompense avait des conséquences positives sur les performances scolaires. Cette révélation a été effectuée lors du fameux test de la guimauve. Il y a plus de quarante ans, un chercheur a découvert que de jeunes enfants étaient à même de résister à leurs tentations. En effet, certains étaient parvenus à ne pas se jeter sur une guimauve placée devant eux après qu’on leur ait promis une autre guimauve s’ils savaient attendre. En effet, savoir attendre exige autant l’autodiscipline que le développement de stratégies. Les enfants, qui ne satisfont pas tous leurs désirs et qui savent résister à une certaine pression, pourront plus tard faire appel à cette aptitude dans d’autres situations.

Film du test du marshmallow

Apprendre à gérer ses désirs

Envies et désirs font partie intégrante de notre quotidien. Dès leur plus jeune âge, les enfants expriment leurs besoins et nous confient leurs envies. Vraie source d’inspirations, ces envies et désirs sont parfois synonymes d’espoir. Mais lorsqu’ils sont trop ambitieux ou irréalistes, ils peuvent mener à la déception ou à la frustration. Si les enfants apprennent tôt que l’on ne peut pas toujours tout avoir, il leur sera plus facile par la suite de renoncer à certaines de leurs envies. Il est également fondamental qu’ils sachent que posséder un bien matériel ne signifie pas automatiquement être heureux et qu’une expérience ou une aventure partagée en famille peut susciter un plus grand plaisir que le simple achat d’un nouvel objet. La famille, en tant que lieu et cadre d’épanouissement, va transmettre à l’enfant un savoir social, mais également des valeurs fondamentales et pérennes.

˄ Top

L’argent de poche

La décision d’octroyer ou non de l’argent de poche à son enfant, ainsi que le montant de cet argent de poche est une affaire de famille. Parmi les camarades de classe de votre enfant, certains ne reçoivent pas d’argent de poche et d’autres en reçoivent bien plus que votre fils ou votre fille. En général, le montant est déterminé par la situation financière familiale et l’âge de l’enfant. Le montant attribué n’est pas le seul élément décisif, il s’agit également de définir en commun à quoi l’argent de poche va pouvoir servir. Si les dépenses sont réglées individuellement à chaque occasion et qu’aucun argent de poche n’est octroyé, cela ne veut pas pour autant signifier qu’il y a moins d’argent à disposition. L’expérience démontre même que, dans ce cas-là, l’enfant est pourvu plus généreusement que s’il recevait de l’argent de poche.

Recommandations sur le montant de l’argent de poche

Les jeunes enfants ne sont pas à même de pouvoir gérer leur argent sur le long terme, aussi il est recommandé de leur attribuer un argent de poche hebdomadaire. Au fil du temps et de l’expérience, le montant peut devenir mensuel.

A titre d'indication, Budget-conseil Suisse recommande les montants suivants:

  • à partir de six ans Fr. 1.– par semaine
  • dès sept ans Fr. 2.– par semaine
  • dès huit ans Fr. 3.– par semaine
  • dès neuf ans Fr. 4.– par semaine
  • dix et onze ans de Fr. 25.– à Fr. 30.– par mois
  • de douze à quatorze ans de Fr. 30.– à Fr. 50.– par mois

Indépendamment des montants généralement recommandés, il est primordial que l’argent de poche attribué soit adapté au budget familial.

Lorsque l’argent de poche ne suffit pas

Il est possible que parfois votre enfant ne puisse pas «terminer le mois» (ou la semaine) avec l’argent de poche reçu. Comme généralement l’argent de poche ne sert pas à couvrir les besoins essentiels, il n’est pas nécessaire de lui faire une avance sur son argent de poche à venir. Apprendre à gérer son argent, comme tout apprentissage de la vie, implique parfois également que l’on essuie un revers. Si la dépense un peu trop inconsidérée de son argent de poche empêche votre enfant à s’acheter son magazine préféré, il est à parier qu'il saura mieux planifier ses dépenses à l'avenir.

˄ Top

Salaire jeunesse

Si votre enfant est adolescent, nous vous recommandons d’instaurer le salaire jeunesse. Le principe du salaire jeunesse est simple: les jeunes reçoivent assez tôt – idéalement dès 12 ans – un montant mensuel fixe qui doit leur permettre d’assumer la majeure partie de leurs frais de manière autonome. Le salaire jeunesse doit couvrir tous les domaines dont les parents décident de déléguer la compétence à leurs enfants.

Le salaire jeunesse encourage la responsabilité personnelle et l’autonomie des jeunes. Pour le mettre en place, il est indispensable que les parents aient confiance dans les capacités de leur enfant.

Le salaire jeunesse doit couvrir uniquement des frais qui sont habituellement pris en charge par la famille. Il doit correspondre aux dépenses que les parents ont faites jusque-là pour l’enfant, ainsi qu’au niveau de vie actuel et au budget de la famille. Le modèle convient par conséquent aux familles de toutes les tranches de revenus. 

Vous trouverez des informations complémentaires et des fiches de travail sur www.salairejeunesse.ch.

Lorsque des mineurs concluent des contrats d’achat

Parce que les jeunes de moins de dix-huit ans n’ont pas encore le droit d’exercer leurs droits civils, ils ne peuvent pas encore conclure de contrat – ils ont besoin du consentement de leur parents. Mais, à chaque règle son exception: les jeunes ont le droit de procéder à un achat unique, avec leur propre argent et sans le consentement parental, s'ils sont conscients des suites de leur achat et sont jugés capables de discernement. C’est le cas, par exemple, lorsqu’un enfant de huit ans achète avec son argent de poche des bonbons ou un magazine au kiosque de son quartier. Sa capacité de discernement est cependant insuffisante pour acheter un ordinateur. Un adolescent de seize ans, par contre, est tout à fait apte à juger ce qu’un tel achat implique et à évaluer s’il peut se l’offrir avec son salaire d’apprenti..

Lorsqu’un enfant a travaillé et gagné de l’argent pendant les vacances, cet argent lui revient de droit. Selon le code civil des obligations, cet argent constitue les «biens libérés» de l’enfant. Dans le cadre des biens libérés de l’enfant, les mineurs peuvent également conclure des contrats sur Internet, à l’exception des contrats d’abonnement.

˄ Top

Responsabilités en cas de dommages causés par les enfants et les jeunes

Très souvent les parents ne sont pas conscients que les enfants sont considérés devant la loi comme capables de discernement dès qu’ils peuvent reconnaître les conséquences de leurs actes. En cas d’incident, il sera d’abord déterminé si les parents ont bien rempli leur devoir de surveillance. Si c’est le cas, ils ne sont pas légalement tenus de prendre en charge les dommages occasionnés. Cela signifie que l’enfant doit répondre (et rembourser) lui-même les dommages par négligence ou intentionnels qu’il a occasionnés – par exemple lorsque, durant une bagarre, il a cassé volontairement quelque chose appartenant à l’un de ses camarades. Du fait que les enfants ne possèdent généralement pas suffisamment d’argent pour répondre à des dommages élevés, leur mise en poursuite judiciaire peut être retardée jusqu’au moment où ils gagnent leur propre argent.

L’avenir d’une jeune personne peut alors être compromis durablement suite à un geste imprudent. Aussi il est primordial qu’en tant que parent vous informiez votre fils ou votre fille sur la portée et les conséquences de ses actes. Dans la réalité, ce sont aux parents – et non à l’adolescent – que les personnes lésées s’adressent lorsque, par exemple, la fenêtre du voisin a été cassée alors qu’il n’est pas permis de jouer au football. Pour éviter toute embrouille avec les voisins, les parents paient généralement les dommages occasionnés – alors même qu’ils n’ont nullement enfreint leur devoir de surveillance. Ce genre de situations est l’occasion idéale pour expliquer à votre enfant la portée légale de ses gestes.

˄ Top

Salaire d’apprenti et revenus accessoires

Si votre enfant gagne de l’argent, parce qu’il a travaillé pendant les vacances par exemple, vous êtes en droit d’espérer qu’il participera aux frais d’entretien – comme le stipule l’article 276 du code civil suisse. En fonction du salaire qu’il reçoit, votre enfant peut, par exemple, payer une partie de son abonnement CFF ou prendre à sa charge les repas de midi. Cette approche ne concerne pas que les jeunes en apprentissage, un jeune qui commence le gymnase, des études ou une formation continue, devrait également se pencher sur ses finances personnelles. Pour éviter toutes mésententes et tous conflits, les deux parties doivent formuler clairement leurs attentes. Vous trouverez des modèles de budget pour apprenants et pour étudiants sur le site Internet de Budget-conseil Suisse. Ces modèles sont une précieuse aide et vont vous aider à ne rien oublier. Pour les jeunes étudiants, nous recommandons également les fiches sur www.salairejeunesse.ch.

˄ Top

Si vous avez des questions ou des suggestions sur l’offre de compétences financières de Pro Juventute, nous sommes là pour vous.

Contact

Partager ce contenu
share
Fondation Pro Juventute
Bureau Suisse romande
Place Chauderon 24
1003 Lausanne
Tel: +41 21 622 08 17
Fax: +41 21 622 08 11